Translation of the interview Quand les multinationales font de la politique
with Pr Robert Molimard, professor emeritus of physiology and coordinator of the DIU of Tabacologie to the Faculty of Medicine Paris-South.
Founder of the first French learned society on the tobacco and the nicotinism, inventor of the word tabacology.
Author of “Smokes” and the “Small handbook of Défume” (Sides Editions).


Translated by Iro Cyr

Chapter 1

Pr Molimard:  If you’re doing a bibliography on tobacco aromas, you won’t be able to find anything of course, because nobody does any research on tobacco.  There may be some things that are known to tobacco companies.  But naturally, if you are Philip Morris, and if in your lab you discover a substance that is bound to make your brand of cigarettes more attractive, you are not going to publish this in the international literature so that BAT copies it.  We are dealing with industrial secrets after all.

It is complex, in my opinion.  We can discuss the role of nicotine in addiction.  It produces effects that smokers appreciate.  But what interests me, are not the effects that nicotine may have.  It has enormous effects, some that are favorable.  It keeps you awake, in fact, the reason that people who work on night shifts smoke a lot, is because it helps them stay awake.  It has a paradoxical relaxing effect, and it has other effects, particularly that it increases sugar levels in the blood.   It has a hyperglycaemic effect. 

Dr G Some people talk about 4000 toxic substances in cigarettes, this is something we hear, and they also say, that in the past, the tobacco that we smoked, the cigarettes we smoked, were less harmful, and today they are more harmful. 

Pr Molimard:  Well!  There are a lot of legends when it comes to that.  Firstly, the more refined analytical chemistry becomes, the more the substances we will discover.  In addition, 4000 substances, does not mean at all that there are 4000 toxic substances.  The majority of the substances found in smoke -  for instance water, is a substance -   the biggest majority are not toxic.  But there are some that are frighteningly toxic.  And, we are beginning to recognize the toxic substances,.  No. 1 – carbon monoxide.  If we would suppress carbon monoxide ….I must say that those who chew tobacco  already have a 90% - 95% decrease in risk, because carbon monoxide has been suppressed.  In my opinion, it is the most dangerous product, because you are dealing with a chronic intoxication to carbon monoxide if you smoke.  There are some terrible carcinogens, namely nitrosamines.  They are terrible carcinogens, in infinitesimal amounts.   And this is why when we indicate the amount of tar on your pack of cigarettes, nitrosamines can represent the 10 thousandth part of the weight of tar.

Dr G….Which means that it’s nothing

Pr Molimard:  It means, that.. let’s take as an example a study on cigarettes – a Polish study – that they compared cigarettes in relation to the amount of tars as they were indicated on the packages, and they looked at the amount of nitrosamines.  It was the Marlboros that contained the least amount of tars, that had the biggest amounts of nitrosamines!  So, the amount of the total tars, as it is indicated… 95% of the weight of tars are inert substances without any interest, that don’t present any particular danger.  And if there is two ten thousandths instead of one ten thousandth of nitrosamines, then we end up with something a lot more dangerous.  In other words, indicating the weight of tars, makes no sense.  You can have cigarettes very strong on tars, that are far less carcinogenic than cigarettes that produce less.  In addition, it makes even less sense when we consider that a smoker is not a smoking machine!  And what is noted on the pack of cigarettes, is the quantity that a smoking machine will extract in standard conditions with standard temperatures and air drafts, where 35 ml puffs will be extracted in 2 seconds by a syringe every minute.  If instead of taking a 35 ml puff, you take one of 80 ml - like it presently occurs with ultra-light cigarettes - you are already multiplying by 2 the nicotine and tar quantity that you will exhale, if you are taking a puff every 30 seconds, or every 20 seconds instead of every minute, you are multiplying again by 3 you end up multiplying by 6.  Instead of leaving butt sizes of 23mm, or 8 mm before you reach the filter, or if you leave no butt at all -thus smoking a bit of the filter - well, you are going to pick up tar already deposited in the butt…As such, a smoker, will pull in ‘’what he wants’’, what he needs..

Let’s see, other dangerous substances:  there are hydrocarbons, benzopyrene, naphthalene, and benzene products.  When you see big advertizing billboards with ‘’Oh the dangerous products in a cigarette: acetone’’.  But someone who rubs a stain off his pants, he pumps in 10 times more acetone that he would from a cigarette, in his whole lifetime.  And everyone knows that acetone is a normal product of our body metabolism and that it is not dangerous. 

Dr G But we can nevertheless say that when one’s a smoker, one has risks of cancer…

Pr Molimard:  Oh yes, yes yes !  It essentially increases lung cancers.  A more than 20 cigarettes smoker, will have nearly 20 times the risk of a non-smoker.  And then it doesn’t stop immediately. 10 years after cessation, the risk is still doubled if you have been a heavy smoker for a long time.  But that is related to smoked tobacco.  In addition, you have the cardiovascular risk.  But cardiovascular disease, is strange: It requires carbon monoxide.  If there is no carbon monoxide… I have conducted a whole bibliographical study some years ago: There is no risk increase with sucked, chewed, or snuffed tobacco.  It must necessarily be burnt.  And secondly, there is an enormous peculiarity in that the risk does not increase with the quantity.  Meaning that, whether you smoke a little or a lot…. If you smoke a few cigarettes, similar to what they claim about passive smoking, you will be multiplying by 1,5 the risk of someone who does not smoke and who is  not exposed.  If you smoke more than a pack, you will multiply by 1,8…or 2 !  There is no direct dose relationship.  Which brings us to the hypothesis, that was brought forward by Mrs. Louis-Sylvestre, nutritionist at le Collège de France, who is not just ‘’anybody’’:  ‘’ You are Japanese, you smoke, you will not get a myocardial infarction.  The same Japanese  will  move to the west coast of the United States and will get an infarction,  what do they eat?  Macdonald’s! 

Dr G: Poison and less fish

Pr Molimard:  While they were eating fish in Japan.  If it’s the eating habits, it would then explain why there is no connection to the number of cigarettes smoked.

Dr G  It is true that Japan is particularly strong on fish, there is nevertheless a big difference

Pr Molimard: Yes, and they ingest mercury with it…
Now, the risk pertaining to the 4000 substances… let’s say that there are probably 3990 that are inert, they’re of not much interest. 

Dr G and about ten that are dangerous…the other cancers, other than…

Pr Molimard:  Finally, you develop cancers on body parts that the carcinogens reach.  The mouth, the larynx, the bronchi…So, with very high nicotine cigarettes, ‘’Boyards’’, we didn’t inhale, or inhaled very little, therefore we contracted cancers of the large bronchi.  With the ultralights, we inhale a lot deeper and we contract cancers deeper and deeper in the lungs.  And then, there is of course the esophagus, because you swallow.  The bladder.  Why the bladder?  Because there is a concentration of urine, and thus the attack is more aggressive.  So… perhaps a little of all cancers, because there is some disturbances of the immune system, but really, the bulk of it is that.  The main are, the respiratory tract, the lung and the bladder. 

And we also rely on surveys - ‘’prevalence’’ surveys – meaning percentages of people who smoke.  But say a few years ago, you questioned a lad who smoked, by asking him: ‘’So, do you smoke?’’ He was at 5 cigarettes a week at that point, but on one particular day he smoked a whole pack.  Because it would make him look cool, he would cloud the issue by replying ‘’I smoke a pack!’’, only because he had done it once.  Today you ask him the same question again: he doesn’t look yet upon himself as a smoker, therefore he will reply ‘’I don’t smoke’’. 

The big problem is, that you have extraordinary discordances depending on the surveys.  There is that European study from 2002 -- the Eurobarometer -- ordered by the European Commission.  The study was done in France, namely by the CSA.  Well, between 1995 and 2004, the percentage of smokers in France went from 37,5 to 44% - an increase - and in 2002, a study by the INPES found 30,4% !  And no one ever wondered what these differences were representing.  Why 30,4% - well they then exclaimed that ‘’it is fantastic, there is a decrease in the consumption, in the tobacco prevalence in France’’.  But nobody said a thing about the  44%!  If you’re a scientist, and you see  a difference, the first question should be ‘’Why the difference?  Is it the method by which we collect this information?’’.  Well, while one was done through a telephone survey, the other, the one by Eurobarometer, used the door-to-door method.  A telephone survey and a door-to-door survey, are not the same at all.  We don’t collect the same information.  For example, over the telephone, the youth mostly have portable telephones (therefore we couldn’t find the numbers in the phone books) and they smoke a lot, and those unfortunate ones who live in the street, don’t generally have a phone…therefore you’re not dealing with the same types of populations. 

Chapter 2

Dr G: Based on this logic, we can pass to 50% or 48…

Pr Molimard:  We don’t know, but in any event, all we know is that smoking is a central part of people’s identities.  And if you attack their identity, the results are that they shy away, they fold-in on themselves, defensive reactions towards one’s identity.  And it might go away…, they might tell you:  ‘’Oh yes, I will seize this opportunity to stop smoking!’’.  The other day, my secretary had a patient that had registered for a consultation but phoned in to cancel.  The reason of the cancellation in his words:  ‘’You see, at work I can no longer smoke, therefore I smoke one outside during my break… so if at work I no longer smoke, that’s already a given,  why should I deprive myself from smoking a little when I get home ?’’.  And she replied:  ‘’Did you cut down a bit?’’, ‘’Oh no’’, he said ‘’ I used to smoke a pack, now I am at a pack and a half!’’.  Therefore, we will see phenomena like this,  a kind of fortress that will be established.  So, we have to try to convince people, and in this sense the Evin legislation was beginning to work.  We no longer smoked at meetings, it’s strange you know.  Now we threaten people with passive smoking.

Dr G :  So, passive smoking.  You have a study that speaks of 6 deaths , non-smokers, at places of social gatherings, in France, it was done in Europe.  We are wondering about these 6 deaths.  What is this story on passive smoking? 

Pr Molimard:  Well…passive smoking?  There is this ‘’resistible escalation’’ of the number of deaths due to passive smoking.  Some years ago, I was called all kinds of names, because at a TV studio, I had cited the numbers that were given to me verbally by Catherine Hill who looks after cancer epidemiology at the Cancer Institute.  She had said ‘’Well, it’s very difficult.  Because when you talk about total mortality, which is between 60 000 and 65 000, it doesn’t matter if you make a 10% error since it is still a big public health problem posed by tobacco.  But when you’re dealing with numbers such 100, 200, 300, the uncertainty becomes enormous’’.  I then asked her ‘’What do you think?’’.  She replied:  ‘’Let’s say, for cancers, maybe a hundred.  Everything combined, chronic bronchitis, myocardial infarctions, whatever, ok let’s say 1000.  But it’s a very scooped estimate.  The Americans have come up with 2500 deaths, not in the States, but by transposing it to France, without a French study.  It was 2500 deaths.  We relayed this to the Académie de Médecine, Gérard Dubois, Professor Tubiana.  Later, a European study appeared – called ‘’Lifting the Smoke Screen’’ – that announced that :  Deaths by passive smoking in France = 5863, to the exact death.  And, from 2500 deaths due to passive smoking, we just jumped to 5863, according to a study called ‘’Lifting the Smoke Screen’’, which is a European study, and 5863, is for France, but the study is about all of Europe.  The anti-tobacco crowd, who are favored by the media, immediately rounded this to 6000 deaths.  And these 6000 deaths - 5000 or 6000 depending on the versions - have been used by deputy Bur, in order to obtain this extremely restrictive legislation.

But what do we see when we revisit this study?  We see that these 5863 deaths include a majority of smokers!  Of which, in fact, 5574 are smokers exposed at home, to whom this legislation will have no effect - as long as we don’t control people’s homes - and we find 289 smokers at work, of which 25 in bars, hotels, restaurants and night clubs.  Therefore, it pertains to the general population.  But when we are interested in non-smokers only – which is the real definition of passive smoking –  the passive smoking percentage of an active smoker, was calculated in a particularly twisted way.  In other words, you smoke in your office, (you heard well)…you directly inhale the smoke, but you also inhale the smoke in your office, and therefore you are a victim of passive smoking, and we must protect you from this passive smoking.  So, if we focus nevertheless on non-smokers, we notice that the numbers decrease tremendously, since according to this report, there are only 1114 non-smokers, who are computed as ‘’deaths due to passive smoking’’.  But in these 1114, there are 1007 who are related to home smoking  and only 107 that are work-related passive smoking deaths, of which, 6 in hotels, restaurants, bars and night clubs.  

But again, if we push this even further: how did they calculate the number of ‘’non-smokers’’ ?  Come-on, it’s very easy!  We take the percentage of smokers in a given population – as we saw previously in the case of France, we didn’t know whether it was 30,4 or 44% - we multiply the number (the population) by this percentage, and we obtain the smoking population; we subtract this number of smokers from the total population and we obtain the number of non-smokers.  In other words, we will include in the ‘’non-smokers’’, all former smokers.  We know very well that we don’t have the  same risk factor of someone who has never smoked when we have been smoking for the last 30 years and we only stopped 15 days ago!  According to the famous studies of the British doctors, the risk still stands at 6 between 4 and 9 years of cessation, for lung cancer.  Thus the influence of ex-smokers is of extreme importance in this issue.  And since ex-smokers represent approximately 40% of people who don’t smoke -- 48% and 52% are never smokers -- we then realize that the number of true non-smokers, who have never smoked, who will have a risk because of passive smoking in bars, hotels, restaurants, discotheques, these places where it is absolutely imperative to stop smoking because of the risks to the staff -- estimated using a scoop as a measuring tool -- is 2 ! 

There you have it!  It is a point that I will try to bring forth:  My chances of success are very limited. 

I have nothing against pharmas.  What I am against, is their marketing.  Thankfully, some pharmas  supply us with effective medication, and some supply us with effective antibiotics.  Thankfully.  But the big problem is that there is presently a perversion.. .well, the magnitude of their gigantic dimensions,  leads them, to just about drive health policies.  There is lack of courage in the media.    I think that it is because of the financial dominance of the advertisers.  Nicotine presently costs,  if you buy it at Fluka -- that is an international chemical product company -- 440 euros per liter. An average  cigarette will deliver to you about 0,8 mg of nicotine -- since there are 1 million of 1mg in one liter – it would mean 1 200 000 cigarettes.  In other words with one euro --  and you can calculate it -- you would buy 143 packs of cigarettes. 

Dr G :  Yes but there is still the paper…

Pr Molimard:  Perhaps.  I am talking about the nicotine amounts.  To sell nicotine in order to help people quit smoking, which was not a bad idea I must say, would not profit.  So they created a fantastic hoax.  This fantastic hoax, is called:  Nicotine Addiction Report by the American Surgeon General, 1988.  They really had to make up this report, because I witness ‘’tobacco addictions’’ on a daily basis.  Cigarette addictions?  You don,t have to look for them.  I am still looking for nicotine addicts however.  We have known of nicotine for 200 years, therefore allow me to tell you that you will not find a drug at 440 euros a litre.  There are no drugs at this price!  Nobody ever shot pure nicotine up their veins.  There has never been any nicotine illicit traffic.  There is an extraordinary addiction to tobacco.  There is no nicotine addiction. 

Dr G : None at all, or only a little…

Pr Molimard:  None at all.  No nicotine addiction.  When you look for example at people who were heavily addicted to tobacco, who have stopped using patches for example, if they had been addicted to nicotine, at the end of a year you would find people who…do you know what the percentage of people who continue using patches is? 1% 

Dr G : 1% who continue using patches after a year, is not enormous…

Pr Molimard:  About nicotine gums, do you know how many people continue after a year they have stopped smoking, to chew nicotine gum ?  There is of course the act of chewing itself, and we know that very well, all we have to look at, are the jaw muscles of some  "Hollywood chewing gum" chewers, there is such a thing as a chewing habit.  7%.   I guarantee you that if I used an inhaler, or heroin gums to wean heroin addicts, I would have more than 7%. 

Chapter 3

Pr Molimard:  I never succeeded to get rats to push on a lever to get them to maintain their nicotine levels.  We install a lever, when the lever is pushed, it activates a syringe.  With cocaine, the rats would go at it, toc, toc, toc , 300 times a day.  With nicotine?  Never.  Tobacco addiction is amazing.  Nicotine addiction, no.  ‘’Nicotine Addiction’’.  Why did this book under such a title get published in 1988?  They could have named it ‘’Tobacco Addiction: The role of nicotine’’…They named it ‘’Nicotine Addiction’’.  It means that in 1988 they were already set up for their offensive.  And they called that offensive : ‘’nicotine substitutes’’.  Why did they call it ‘’nicotine substitutes’’?  Because they wanted to benefit from the aura of opiate substitution.  Meaning, that with a heroin or morphine addict, we  have to resupply him quickly because heroin leaves the body quickly.  We will instead supply him with another opiate, namely methadone, which instead of being eliminated in a few hours, will only be eliminated by half, in 24 hours.  Therefore that will give him a relatively prolonged appeasement, as long as he takes his dosage every 24 hours, that you give him an opiate with different characteristics  than his own,  which will allow him to go back to society, without having to waste time looking for his product.  But if we believe that nicotine is THE drug in tobacco, and we give nicotine to a smoker, it’s as if we were giving heroin to a heroin addict.  It is not a substitute, it is administering him his own drug ! 

Dr G :  Which on top of it, it is not…

Pr Molimard:  As if the term ‘’nicotine substitution’’ is not abusive enough, since it is not a substitution :  we give the smoker the product.  And on the other hand, this presumes something that would mean that nicotine is the factor of the addiction.  But it doesn’t resume it, people do not drug themselves with it, there aren’t any nicotine junkies.  Nobody will experiment with patches or gums.  They have always been perfectly addicted on tobacco.  Therefore, it is not a substitution, and the proof comes with Sweden’s oral tobacco.  There are as many tobacco users as in France.  Approximately 40% of Swedes, use tobacco.  But of these 40%, half of them already switched to ‘’snus’’.  They don’t switch to gum.  People don’t like the gum.  They give up.  Even when it’s free, the average length of use of nicotine gums, is 21 days.  

Passive smoking, is a war weapon that is unfortunately proving to be efficient by completely disorganizing the culture of a country, disorganizing professions, but whose effects when it comes to reducing tobacco prevalence, -- the decrease of smoking dangers – will in my opinion be perverse. And it is these same anti-tobacco activists  who succeeded to blockade the sale of snus – which is the absolute weapon against passive smoking.  Because snus, this type of tobacco that the Swedes put in their mouth – does not produce smoke!  It does not produce carbon monoxide.  It is not a nuisance to the neighbor.  If someone places a snus in their mouth at the same time I am being served my favorite meal, I will not complain. 

We might just find the answer right in the report ‘’Lifting the Smoke Screen’’.  When you look at the preface of this report, what do you think you read? 

In countries which have enacted and enforced legislation, support for the law is over 75%.These figures show that the public wants this legislation and that politicians should not be afraid to sponsor and vote for smoke free laws.

And indeed they are not, as the response to the Smoke free Europe Conference on 2 June 2005 revealed4. Held in Luxembourg under the auspices of the Luxembourg Presidency of the EU, and organised by the commissioning organisations of this report with sponsorship from GlaxoSmithKline and Pfizer, the conference brought together at European level for the first time health organisations, leading researchers and representatives of Europe’s public and private sector employers, trades unions, occupational health inspectors, the European Commission and politicians to debate smoke free policy. In total, nine serving ministers of health and/or employment plus the ex-health minister of Italy spoke at the event

And so, who profits from the situation?  Do the European Commission, Europe, the health ministers, actually need, in order to pay for their sandwiches  , the support of GlaxoSmithKline and Pfizer the big pharmaceutical multinationals that manufacture and market medication to stop smoking?

Dr G : Patches, the…

Pr Molimard:  It’s very obvious! And from their side, the defenders of what they call ‘’nicotine substitutes’’, claim :  ‘’Oh but you know of course that  there is ‘’bad’’ nicotine which is contained in cigarettes and there is ‘’good nicotine which is in the patches and gums’’.  They even went as far as saying:  ‘’Lower your risk by continuing to smoke, but chew a nicotine gum at the same time, you will inhale less, and you will therefore lower your risk’’. 

Dr G : This been said, between a patch and a cigarette, it's still the patch that is less dangerous since we don’t inhale …

Pr Molimard:  Providing that you only use the patches and that you don’t continue to smoke at the same time.  But as it stands…You have to look at what happened.  At first, they were selling patches, and gums under medical prescription.  They realized that they weren’t selling enough.  Doctors were not motivated.  Thus, they fought to get France to accept that they sell them without prescription.  You only have to go to the pharmacist and ask:  ‘’I would like patches or I would like gums’’.  There you go.  You don’t need a prescription.  But with these prescriptions, that have at best a 1,6 times the result of a placebo, with these products, what has pushed them to switch to ‘’over the counter’’, is, that from the moment that you have medication that is of public domain, you can advertize it.  You have seen advertizing for the gums, for the patches, on the rear end of buses, on television etc.. But theoretically, according to social security and public health regulations, when you advertize a medication freely, the medication can no longer be reimbursed.  Well, they succeeded to obtain from social security that 50 euros per year per smoker, be reimbursed for medication that they continue to advertize.  I call this organized pillaging of social security. 

Dr G : Body guards?

Pr Molimard:  But they realized that they weren’t selling enough, that it wasn’t catching on.  At that point, they began saying that there are some unfortunate people who have respiratory insufficiency, but are unable to go without tobacco.  So what you will tell them is:  ‘’You will reduce your risk if you chew a gum at the same time’’.  That is criminal!  It is criminal, because you’re encouraging someone to continue smoking.  That’s what the patient understands.  ‘’I will reduce my risk, because I inhale a little less.’’  The problem is, that they are forgetting what Professor Doll has taught us with his famous study of the 36,000 British doctors who were followed for 40 years.  What did he tell us?  He told us:  ‘’What is important is the length of time you smoke’’.  Catherine Hill interpreted what Doll taught  on lung cancer in a relatively simple way:  If you multiply by 2 the number of cigarettes that you smoke everyday, you multiply by 2 your risk for cancer.  But if you multiply by 2 the time period that you smoke, you multiply by 2 to the power of 4 ½, and 2 to the power of 4 ½, is 23!

What seriously matters, is how long we smoke.  And all we can tell a smoker is:  ‘’Smoke 4 Davidoffs, 5 packs a day, but stop as soon as possible!!’’  Because it’s the duration that matters, and if you encourage a smoker – because he’ll use a piece of gum, or a patch or an inhalator – that he will lower…there is a study with inhalatorers, that states that if you lower by 10, by 15% the inhalation, you will lower your risk by 15%, providing that you use the inhaler for LIFE !  But if you prolong…then the 4 ½ power comes in that will stay in effect during all the time you smoke.  It’s criminal.  I said it.  It didn’t please them! 

Chapter 4

Pr Molimard:  Presently in Europe, general smoking bans are being instituted for the sole purpose of financial profits. And I believe that we have bypassed cultural traditions and we are being imposed an American style, Manichaean dogma, in the name of profit.

We can easily imagine an owner of a restaurant deciding that ‘’in my establishment, there is no smoking, in my restaurant there is no smoking, in my discotheque there is no smoking’’ or decide that ‘’there is smoking’’, or even ‘’no smoking between such and such time’’.  Accommodations are possible. 

But as it stands, we are dealing with a fascistic intrusion.  Everyone knows it, we see it.  The same applies to noise. It’s the same thing. We could demand that patrons maintain a monastic silence in restaurants! The American state of mind is truly Manichaean, truly dualistic. It’s good versus bad,  be it tobacco smoke or be it alcohol. These prohibitionist tendencies are making their way a little at a time into our culture and let’s not forget the religious aspects with the proverbial American evangelists. This whole philosophy of good versus bad goes back to 300 or 400 AD. It’s the religion of Manes, it’s Manichaean. Beware the demon! We must vanquish the demon! As you know, however, there are many shades of grey in our existence.

Behind it all, there is evidently financial gain.  Because the connection is perfectly clear,   the conference that was held in Luxembourg will impose this prohibitionist vision on all of Europe, including France.  In my opinion, there is big money behind all of this.  You see, it is in my opinion quite incredible that with products, I am thinking of Nicotine;  it’s strange when you think of it, but I have witnessed it in my lab, it has a satiating effect. I’ve seen this in my laboratory. If you smoke cigarettes that have a high nicotine content, you tend to inhale less and to smoke less.  But in this case, we shouldn’t have prohibited the sale of cigarettes  with  over 1 mg yield!   What we should have told them is, to produce products with a high nicotine yield, less tar and fewer nitrosamines. Smokers would have been less inclined to inhale deeply or even to inhale at all, in order to absorb a useful dose of nicotine. But oh no, they banned yields of 1 mg. or more, while no cigarettes on sale in Europe at the time, exceeded .8 mg. The tobacco companies didn’t care, why would they? 

The tobacco industry produced “light cigarettes’’.  We fought the tobacco industry claiming:  ‘’Your light cigarette is a lie, because this light cigarette is only light for the smoking machine and a smoker doesn’t necessarily smoke like a smoking machine.  The smoker will increase the size of the puffs, the amount of puffs that he will obtain from a cigarette, he will smoke until there is no tobacco left in the butt, and he will succeed to obtain exactly what he wants.  So if you indicate on the packs that there is a 0,1 mg of nicotine and 9 mg of tars, it doesn’t mean a thing, you are liars and fraudsters’’. 

At the same time, even though it has been demonstrated that measured levels of tar account for little, since their carcinogenic yield varies widely, and often cigarettes that are lower in tar will yield higher amounts of nitrosamines which are considerably more carcinogenic, the European Union continues demanding reductions in nicotine and tar yields…But, in the process, it is endorsing the idea that low machine-tested nicotine and tar cigarettes, are less dangerous. 

Dr G : Light cigarettes

Pr Molimard: Thus, they endorse light cigarettes !  Cigarettes that we know are as dangerous as the others.  This is evidence of utter incompetence from a tobaccological point of view, on behalf of the decision makers.  Incompetence from a technical point of view, since they reach such an endorsement, total incompetence when it comes to the smoker’s psychology point of view, from the sociological point of view when it comes to tobacco, which leads to legislative measures that in the end only strengthen the defense mechanisms, and go totally in the opposite direction of the public health goals. 

What is important for a smoker, is the environment in which it happens. The cigarette becomes important because it is part of that environment.  But it is parasitical.  And it is not the nicotine that is important.  And this is why the smoker does not like nicotine patches nor does he like nicotine gums.   The aroma of snus however, is part of the environment.  And when you adhere to the aroma of snus …and nicotine, even if it’s only accessorial, the importance is that tobacco be present, that there are elements that appeal to the senses that will be associated with it. 

In 2004, a request to the EU backed by Fagerström – that famous addiction test -,  by Clive Bates, Kozlowski, Martin Jarvis, people who know their way around tobacco issues, who claimed that 98% of risks would be reduced if all smokers adopted the snus, or sucked tobacco.  Well these people, supported Germany and Great Britain who requested that snus prohibition be lifted in Europe.  Why is it sold in Sweden? When the Swedes joined the EU, they did so with the proviso that no one would “touch their snus” in order that they continue to produce and market it.  Well, on December 14th 2004, The European Court of Justice upheld the EU’s decision to ban the sale of snus in Europe. We can ask ourselves some questions: Why? It’s clear that big tobacco – BAT, Philip Morris, Imperial Tobacco etc.. – did not believe in the snus. They weren’t ready. Consequently, they were not keen on the idea of having a junior player like Swedish Match nipping at their heels, by taking over the market, consequently they were against it .  The patch and gum manufacturers figured  that Europeans should chew on nicotine gums, consequently they were against it . The governments, i,e in France, where cigarette tax revenues ring the cash register to the tune of 11 or 13 billion euros a year, they were in no disposition to change anything that might bring in less. And finally  the anti-smoking activists weren’t at all keen on the idea either. The result was that on December 14, 2004 the Court of Justice upheld the prohibition.  However, mark my words. I know that BAT and Philip Morris now have their snus.  Do they manufacture it themselves or do they have a deal with Swedish Match, I really don’t know.  There will be a new request and I hope the sale of snus will finally be authorized in Europe.

You can download the European report ‘’Lifting the Smoke Screen’’ at http://www.ersnet.org










CITIZENS AGAINST GOVERNMENT ENCROACHMENT
CITOYENS ANTI GOUVERNEMENT ENVAHISSANT
CORPORATE SHENANIGANS

RACCOURCIS VERS
LINKS TO

Chapitre 1

Pr Molimard: Si vous faites de la bibliographie sur les arômes contenus dans le tabac, vous ne trouverez rien, bien entendu, parce que personne ne cherche sur le tabac.  Il y a peut-être des choses connues par les compagnies tabagières.  Mais bien entendu, si vous êtes Philip Morris, et si dans votre laboratoire vous trouvez une substance qui risque d'attirer un petit peu plus vers vos cigarettes, vous n'allez pas le publier dans la littérature internationale pour que BAT s'en empare, quoi, c'est…On est dans le domaine du secret industriel.
C'est à mon avis complexe.  On pourrait en parler, sur le rôle éventuel de la nicotine.  Elle a des effets qui peuvent être appréciés par le fumeur.  Mais moi, ce qui m'intéresse, c'est pas les effets que peut avoir la nicotine.  Elle a des effets énormes, dont certains sont favorables.  Elle stimule l'éveil, d'ailleurs si les gens qui sont de garde de nuit fument beaucoup, c'est beaucoup pour se tenir éveillés.  Elle a un effet paradoxal qui est une détente, et puis elle a d'autres effets, et en particulier elle va augmenter le sucre dans le sang. Elle a un effet hyperglycémiant.

Dr G… Certaines personnes parlent de 4000 substances toxiques dans les cigarettes, c'est quelque chose qu'on entend, et parlent aussi de.. avant, le tabac qu'on fumait, les cigarettes qu'on fumait étaient peu nocives,  et qu'aujourd'hui elles seraient plus nocives…

Pr Molimard: Bon! Là-dedans, il y a beaucoup de légendes.  D'abord, plus l'analyse chimique devient fine, plus on va trouver de substances.  D'autre part, 4000 substances, ça ne veut pas du tout dire 4000 substances toxiques.  La grande majorité des substances qui sont contenues dans la fumée,par exemple l'eau, ç'en est une substance !  Donc la grande majorité ne sont pas toxiques.  Mais il y en a qui sont effroyablement toxiques.  Et, les substances toxiques, on commence quand même pas mal à les connaître: Numéro 1, l'oxyde de carbone.  Si on supprimait l'oxyde de carbone… je dois dire que les gens qui chiquent, ils ont déjà une diminution de 90% à 95% de leur risque, du fait de la suppression de l'oxyde de carbone. C'est à mon avis le produit le plus dangereux, parce que vous avez une intoxication chronique à l'oxyde de carbone si vous fumez.  Il y a des cancérigènes épouvantables, qui sont les nitrosamines.  C'est des cancérigènes épouvantables, à des doses infinitésimales.  Et c'est pour ça que quand on vous note le taux de goudrons sur un paquet de cigarettes, les nitrosamines peuvent représenter la dix-millième partie du poids des goudrons.

Dr G…  Ce qui veut dire que c'est rien..

Pr Molimard:  C'est-à-dire que vous avez par exemple une étude sur des cigarettes – ça vient de Pologne - qui ont comparé des cigarettes en fonction du taux de goudrons tel qu'il était marqué sur les paquets, et ils ont regardé le taux de nitrosamines.  C'étaient des Malboro qui étaient les plus faibles en taux de goudrons qui avaient le plus de nitrosamines!  Donc le taux de goudrons, global, grossier tel qu'il est donné… dans les goudrons 95% du poids des goudrons sont des substances inertes sans aucun intérêt, qui n'apportent aucun danger particulier.  Et puis, si vous avez un dix-millième, deux dix-millièmes au lieu d'un dix-millième de nitrosamines, vous avez quelque chose de beaucoup plus dangereux..  Donc mettre le poids de goudrons n'a aucun sens.  Vous pouvez avoir des cigarettes très riches en goudrons beaucoup moins cancérigènes que des cigarettes…[Coupure: qui en produisent moins].  D'autre part, ça a d'autant moins de sens que le fumeur, c'est pas une machine à fumer!.  Et que ce qui est noté sur le paquet de cigarettes, c'est la quantité qu'une machine à fumer va retirer dans des conditions standard de température, de courant d'air autour etc, où l'on va tirer des bouffées de 35 ml, tirées en 2 minutes (lapsus: secondes) par une seringue toutes les minutes.  Si au lieu de prendre une bouffée de 35ml vous en prenez une de 80 comme on le fait avec des cigarettes ultra-légères actuellement, vous multipliez déjà par 2 la quantité de nicotine et de goudrons que vous allez sortir, si vous prenez une bouffée toutes les 30 secondes, ou toutes les 20 secondes, au lieu de toutes les minutes, vous multipliez à nouveau par 3 ça fait multiplié par 6.  Si au lieu de laisser un mégot de 23mm, ou 8 mm avant le filtre, vous ne laissez pas de mégot du tout, voire vous fumez un peu du filtre, alors là, vous allez ramasser ce qui a déjà récolté des goudrons…Donc, un fumeur, il tire "ce qu'il veut", ce dont il a besoin..
Alors, autres substances dangereuses, il y a des hydrocarbures, du benzopyrène, du naphtalène, et des produits…du benzène…Quand vous voyez de grandes affiches avec "Ah les produits dangereux dans une cigarette: l'acétone".  Mais le type qui nettoie une tâche sur son pantalon, il pompe 10 fois plus d'acétone que dans sa vie il ne pompera à partir de ses cigarettes n'est-ce pas.  Et chacun sait  que l'acétone est un produit de notre fonctionnement normal qui n'est pas dangereux.

Dr G… On peut quand même dire que quand on est fumeur on a des risques de cancer…

Ah! Oui, oui, oui! Ça augmente essentiellement les cancers du poumon.  Un fumeur de plus de 20 cigarettes il va approcher de 20 fois le risque qu'encourt un non-fumeur.  Et puis ça s'arrête quand même pas tout de suite, vous êtes 10 ans après [l'arrêt], le risque est encore doublé si vous avez été un grand fumeur longtemps.  Mais c'est lié au tabac fumé, ça.  D'autre part, vous avez le risque cardiovasculaire.  Mais alors le risque cardiovasculaire, c'est bizarre: Il faut de l'oxyde de carbone. S'il n'y a pas d'oxyde de carbone… Moi j'ai fait toute une étude bibliographique il ya des années: il n'y a pas d'augmentation de risque cardiovasculaire avec le tabac sucé, mâché, prisé.  Il faut qu'il ait brûlé.  Et deuxièmement, il y a une bizarrerie énorme, c'est que le risque n'augmente pas avec la quantité.  C'est-à-dire que, que vous fumiez peu ou beaucoup,… Si vous fumez quelques cigarettes, voire ce que l'on évoque pour le tabagisme passif, vous allez multiplier pas 1,5 le risque par rapport à celui qui ne fume pas et qui n'est pas exposé.  Si vous fumez plus d'un paquet, vous allez le multiplier par 1,8…ou 2!  Il n'y a pas de relation directe avec la dose.  Ce qui fait qu'il y a une hypothèse, qui a été avancée d'ailleurs par Madame Louis-Sylvestre, nutritionniste au Collège de France, c'est pas n'importe qui : "Vous êtes japonais, vous fumez, vous ne faites pas d'infarctus.  Le même japonais, il va sur la côte ouest des Etats-Unis, il fait des infarctus, s'il fume".  Les japonais, s'ils vont sur la côte ouest des Etats-Unis, qu'est-ce qu'ils mangent? Des Mac Do! 

Dr G: Du poison, et  moins de poisson

Pr Molimard:  Alors qu'ils bouffaient du poisson au Japon.  Donc ça expliquerait à ce moment là, si c'est des habitudes alimentaires, pourquoi il n'y a pas de liaison avec la quantité de cigarettes.

Dr G C'est vrai que le Japon est spécifiquement sur le poisson, il y a quand même une grosse différence,

Pr Molimard: Oui, et ils bouffent du mercure avec…
Alors, le risque des 4000 substances, maintenant c'est… sur les 4000 substances, disons il doit y en avoir 3990 qui sont inertes, qui n'ont pas beaucoup d'intérêt

Dr G …et une dizaine qui sont dangereuses… Les autres cancers, en dehors de…

Pr Molimard:  Finalement, vous développez des cancers à l'endroit où arrivent les cancérigènes.    Donc la bouche, le larynx, les bronches…Alors, avec les cigarettes très fortes en nicotine, les "Boyard", on n'inhalait pas, ou on inhalait peu, alors on faisait des cancers des grosses bronches.  Avec les ultralégères, on inhale beaucoup plus loin et on fait des cancers de plus en plus loin dans le poumon.  Et puis, vous avez bien entendu l'œsophage, bien sûr, parce que vous déglutissez.  La vessie.  Pourquoi la vessie? Parce que vous avez une concentration de l'urine, et à ce moment là l'agressivité est plus importante.  Alors, peut-être un peu tous les cancers, parce qu'il y a peut-être des actions sur les systèmes immunitaires, mais la vérité c'est…, "le gros", c'est ça.  Le gros, c'est les voies aériennes supérieures, le poumon et la vessie.

Et on se base aussi sur des enquêtes. des enquêtes de "prévalence", c'est-à-dire le pourcentage de gens qui fument.  Mais il y a quelques années, vous interrogiez un gamin en lui disant "Alors, tu fumes?".  Il en était à 5 cigarettes par semaine, mais un jour il avait fumé un paquet, alors il va rouler des mécaniques parce que ça faisait bien, en disant " J'en suis au paquet!".  Parce qu'il y est arrivé une fois.  Maintenant, le même, vous lui posez la question: il ne se considère pas encore comme fumeur!  Donc il va dire "Je ne fume pas".

Le grand problème, c'est que vous avez des discordances extraordinaires selon les enquêtes.  Vous avez une étude européenne qui date de 2002, qui s'appelle Eurobarometer, demandée par la Commission  Européenne.  L'étude a été faite, en France, en particulier, par CSA.  Eh bien, entre 1995 et 2002,  le pourcentage de fumeurs en France est passé de 37,5 à 44%, une augmentation, et en 2002, une enquête de l'INPES trouvait 30,4% ! Et personne ne s'est jamais posé la question de savoir ce que représentait cette différence.  Pourquoi 30,4% - alors là, on a dit "c'est formidable, il ya une baisse de la consommation, de la prévalence du tabagisme en France".  Mais 44%, personne n'en a parlé!  Si on est un scientifique, et qu'on voit une différence, la première question: "A quoi tient cette différence?  Au mode de recueil des informations?"  Alors une fois ç'avait été fait par une enquête téléphonique, l'autre fois, par Eurobarometer, c'était un "porte-à-porte". Une enquête téléphonique, une enquête porte-à-porte, c'est pas du tout la même chose.  On ne recueille pas les mêmes choses.  Au téléphone, par exemple, les jeunes , ils ont dans l'ensemble des téléphones portables [dont on ne trouvait pas les numéros dans les annuaires], et ils fument beaucoup, et les pauvres, qui vivent dans la rue, ils n'ont en général pas de téléphone…donc vous n'allez pas toucher les mêmes populations.

Chapitre 2

Dr G: Si on ne se fie qu'à cette logique, on risque de passer à 50% ou à 48…

Pr Molimard: On ne sait pas, mais de toute façon, tout ce qu'on sait, c'est que fumer est une partie centrale de l'identité des gens.  Et si vous les attaquez, si vous attaquez leur identité, si vous attaquez l'identité, vous allez obtenir des réactions de repli, des réactions de défense de l'identité.  Et ça se passera peut-être..,   ils vous diront: "Ah oui, mais je vais en profiter pour arrêter de fumer!" .  Alors ma secrétaire l'autre jour a eu un patient qui s'était inscrit pour venir en consultation.  Il téléphonait pour se décommander.  Il se décommandait en disant:" Vous comprenez, maintenant au boulot je ne peux plus fumer.  Donc je vais en griller une, dehors, à une heure où il y a une pause… Bon, au travail je ne fume plus, c'est déjà cela.  Donc pourquoi je me priverais de fumer un peu quand je rentre chez moi?".  Alors elle lui dit: "vous avez diminué un peu?", Ah il dit "Non, je fumais un paquet, j'en suis au paquet et demi!".  Donc on va voir qu'il y a des phénomènes de repli, comme ça, sur soi, une forteresse qui va s'établir.  Alors que c'est par… il faudrait essayer de convaincre les gens, et à ce titre d'ailleurs, la loi Evin commençait à faire ses effets.  On ne fumait plus dans les réunions, c'est quand même assez curieux.  Alors maintenant il y a la menace de tabagisme passif

Dr G:  Alors, le tabagisme passif.  Vous avez une étude qui parle de 6  morts non-fumeurs  sur les lieux de convivialité, sur la France, ça a été fait sur l'Europe.  Donc on se pose des questions sur ces 6 morts.  C'est quoi, cette histoire de tabagisme passif?

Pr. Molimard: Alors, le tabagisme passif?  Il y a comme la "résistible ascension" du nombre de morts par tabagisme passif.  Il y a quelques années, je m'étais fait d'ailleurs traiter de tous les noms parce que, sur un plateau de télévision, j'avais dit, j'avais cité des chiffres qui m'avaient été dits oralement par Catherine Hill qui, à l'Institut du Cancer, s'occupe de l'épidémiologie du cancer.  Or elle avait dit "Bon, c'est très difficile.  Parce que quand vous parlez de la mortalité globale, qui est entre 60.000 et 65.000, si vous vous trompez de 10%, c'est pas grave, vous avez un grand problème de santé publique quand même qui est posé par le tabac.  Mais quand vous en arrivez à des chiffres de 100, 200, 300, alors là l'incertitude devient énorme.  Alors je lui dis "Vous pensez à quoi?".  Ah, elle me dit: "Disons, pour les cancers, une centaine, peut-être.  Tout, ensemble, bronchites chroniques, infarctus, tout ce que vous voulez, allez disons 1000.  Mais c'est "à la louche" comme évaluation".  Les américains sont arrivés avec 2500 morts, non pas aux Etats-Unis, mais la transposition en France, sans étude française, ça a été 2500 morts.  On a raconté ça à l'Académie de Médecine, Gérard Dubois, le Professeur Tubiana.  Et puis est arrivée une étude européenne, qui s'appelle "Lifting the Smoke Screen", (Lever l'écran de fumée), qui annonce : Morts par tabagisme passif en France = 5863, au décès près.   Et, de ces 2500 morts par tabagisme passif, on vient de passer à 5863, en fonction d'une étude qui s'appelle Lifting the smoke screen, qui est une étude européenne, et 5863, c'est pour la France, mais l'étude concerne toute l'Europe.  Ce que les gens de l'anti-tabagisme qui ont la faveur des médias ont immédiatement arrondi à 6000 morts.  Et ces 6000 morts, 5000 ou 6000 selon les versions, ont été prises en main par le député Bur, pour obtenir cette législation extrêmement restrictive.

Alors, quand on replonge dans cette étude, qu'est-ce qu'on voit?  On voit que ces 5863 morts comprennent une majorité de fumeurs!  Dont d'ailleurs 5574 sont des fumeurs exposés à domicile, sur lesquels la législation, tant qu'on ne va pas dans le domicile des gens faire des contrôles, n'aura aucun effet, et l'on retrouve 289 fumeurs au travail, dont 25 dans les bars, hôtels restaurants, boîtes de nuit. Et alors là, il s'agit d'une population générale.  Mais quand on s'intéresse aux non-fumeurs seulement - et c'est la véritable définition du tabagisme passif – on a calculé d'une façon particulièrement tordue le pourcentage, la part passive du tabagisme d'un fumeur actif.  C'est-à-dire, vous fumez dans votre bureau, vous avez, bien entendu… vous inhalez directement la fumée, mais vous respire aussi la fumée de votre bureau, donc vous êtes une victime du tabagisme passif, il faut vous protéger contre ce tabagisme passif.
Alors, si on s'intéresse quand même aux non-fumeurs, à ce moment là on voit que ça diminue énormément.  Puisque il n'y a, d'après ce rapport, que 1114 non-fumeurs, qui sont comptabilisés comme des morts de tabagisme passif.  Mais dans ces 1114, il y en a 1007 qui sont des morts à domicile.  et seulement 107 qui sont des décès au travail, dont 6 dans les hôtels,; restaurants, bars, boîtes de nuit. 
Mais encore, si l'on pousse plus loin: comment ont-ils calculé les "non-fumeurs"? Eh voyons mais c'est très simple!  On prend le pourcentage de fumeurs dans une population – alors on a vu tout à l'heure qu'en France, on ne savait pas si c'était 30,4 ou 44% -, on multiplie le nombre, la population par ce pourcentage, on a la population de fumeurs, et on va retirer ce nombre de fumeurs de la population totale on a le nombre de non-fumeurs.  C'est-à-dire qu'on va inclure dans les "non-fumeurs" tous les ex-fumeurs.  Or on sait très bien que l'on ne rejoint pas le risque de celui qui a arrêté de fumer [lapsus: qui n'a jamais fumé] quand on a fumé depuis 30 ans et qu'on a arrêté depuis 15 jours!  Le risque, d'après les célèbres études sur les médecins britanniques, il est encore de 6 entre 4 et 9 ans d'arrêt, pour le cancer du poumon.  Donc le poids des ex-fumeurs est extrêmement important là dedans.  Et comme les ex-fumeurs représentent à peu près 40% des gens qui ne fument pas, 48%, et 52% des gens [non-fumeurs de toujours]., à ce moment là on se rend compte que le nombre de réels non-fumeurs, qui n'ont jamais fumé, qui vont avoir un risque de tabagisme passif dans les bars, hôtels, restaurants, discothèques, ces lieux où il est absolument impératif d'arrêter de fumer pour les risques qu'on fait courir au personnel, ce nombre, évalué avec la louche comme moyen de mesure, il est de 2! …..Voilà!  Alors, c'est un article que je vais essayer de faire passer:, mais  j'ai très peu de chances…

Je n'ai rien contre les labos.  J'ai contre le marketing des labos.  Heureusement qu'on a des laboratoires pharmaceutiques, pour avoir des médicaments efficaces, pour avoir des antibiotiques qui marchent.  Heureusement.  Mais le grand problème, c'est qu'il y a actuellement une perversion par, finalement par le gigantisme qui les amène à finalement orienter presque une politique de santé.  Il y a un manque de courage des médias.  Il y a surtout, aujourd'hui, je crois que c'est la domination financière des annonceurs.  La nicotine, ça coûte actuellement si vous l'achetez chez Fluka, qui est une entreprise mondiale de produits chimiques, ça coûte 440 euros le litre.  Or avec les 0,8mg de nicotine que va vous donner une cigarette, ça représenterait, puisque 1mg il y en a 1 million dans un litre, ça représenterait 1200000 cigarettes, c'est-à-dire qu'avec 1 euro, vous pouvez faire le calcul, vous achèteriez 143 paquets. 

Dr G: Oui, mais il y a quand même le papier…

Pr Molimard:  Peut-être.  Moi je parle de la quantité de nicotine.  Vendre de la nicotine pour aider les gens à arrêter de fumer, ce qui n'était pas une mauvaise idée je dois le dire, ça ne marche pas.  Alors, ils ont monté un canular fantastique.  Ce canular fantastique, voilà, c'est ça.  Nicotine Addiction. Rapport du Surgeon General américain, 1988.  Ce rapport, fallait quand même le faire, parce que moi, des "Tobacco Addictions", des addictions à la cigarette, c'est tous les jours, c'est pas la peine de chercher.  Des dépendants de la nicotine, j'en cherche encore.  Ça fait 200 ans qu'on connaît la nicotine, alors permettez moi de vous dire que trouver une drogue à 440 euros le litre, il n'y a pas une drogue à ce prix là!  Personne ne s'est jamais shoté à la nicotine pure.  Jamais il n'y a eu de trafic de nicotine.  Il y a une dépendance au tabac extraordinaire. Il n'y a pas de dépendance à la nicotine. 

Dr G: Pas du tout ou un petit peu…

Pr Molimard:  Pas du tout de dépendance à la nicotine.  Quand vous regardez par exemple des gens qui étaient des dépendants formidables au tabac, qui se sont arrêtés en utilisant par exemple des patches, s'ils étaient dépendant à la nicotine, vous trouveriez au bout d'un an des gens… vous savez quel est le pourcentage de gens qui continuent à se mettre des patches? 1%. 

Dr G:1% qui continuent à se mettre des patches au bout d'un an, c'est pas énorme…

Pr Molimard:  Des gommes à la nicotine, vous savez combien il y en a qui continuent au bout d'un an, après avoir arrêté de fumer, qui continuent à mâcher des gommes à la nicotine?  Alors là il y a la mastication bien sûr, et l'on sait très bien, y a qu'à regarder les masséters de quelques américains qui mâchent du Hollywood chewing gum, qu'il y a un tic masticatoire.  7%.  Alors je vous garantis que si je faisais un inhaleur, ou des gommes à l'héroïne  pour sevrer des héroïnomanes, j'en aurais plus de 7%.

Chapitre 3

Pr Molimard:  Je n'ai jamais réussi à obtenir que des rats appuient sur une pédale pour s'entretenir en nicotine..  On met une pédale, quand on appuie sur la pédale ça fait marcher une seringue.  Avec la cocaïne, les rats, 300 fois par jour, toc, toc, toc, ils y allaient.  La nicotine, jamais.  Il y a pas de… La dépendance au tabac est formidable, la dépendance à la nicotine, non.
Le "Nicotine Addiction".  Pourquoi est-ce que, en 1988,  est sorti ce bouquin sous ce titre?  Ils l'auraient intitulé "Tobacco Addiction: The rôle of nicotine"….  Ils l'ont appelé "Nicotine Addiction".  Ça veut dire que déjà en 1988 ils étaient prêts à l'offensive.  Et ils l'ont appelée "substituts nicotiniques".  Pourquoi l'ont-ils appelée "substituts nicotiniques"?  Parce qu'ils ont voulu bénéficier de l'aura de la substitution aux opiacés.  C'est-à-dire, vous avez un héroïnomane ou un morphinomane.  Il est obligé de se réapprovisionner rapidement, parce que l'héroïne s'en va rapidement de l'organisme. Vous allez lui donner un autre opiacé qui est de la méthadone qui, au lieu de s'éliminer en quelques heures, n'a diminué de moitié qu'en 24 heures.  Donc vous allez lui donner un apaisement relativement prolongé, il suffit qu'il prenne sa dose toutes les 24 heures, vous lui donnez un autre opiacé que le sien, avec des caractéristiques différentes, qui vont lui permettre de se réinsérer dans la société, de ne pas passer son [coupure: temps à chercher le produit].  Mais là, si vous considérez que la nicotine est LA drogue du tabac, si vous donnez de la nicotine à un fumeur, c'est comme si vous donniez de l'héroïne à un héroinomane, c'est pas de la substitution, c'est lui donner sa drogue! 

Dr G: Qui en plus n'est pas le..

Pr Molimard:  Donc c'est déjà abusif de parler de "substitution nicotinique", puisque c'est pas une substitution: vous lui donnez le produit. Et d'un autre côté, cela présume quelque chose qui signifierait que la nicotine résumerait la dépendance.  Or elle ne la résume pas, les gens ne se droguent pas (avec),  il n'y a jamais de "primo-drogués" à la nicotine.  Jamais quelqu'un ne va expérimenter avec des patches ou des gommes.  C'est toujours des gens qui étaient parfaitement dépendants (du tabac).  Donc c'est pas une substitution, et la preuve en est avec le tabac oral suédois.  Il y a autant d'utilisateurs [de tabac qu'en France].  A peu près 40% des suédois utilisent le tabac.  Mais sur ces 40% il y en a la moitié qui sont déjà passés au "snus".  Ils ne passent pas à la gomme.  La gomme, les gens n'aiment pas.  Ils abandonnent.  La durée moyenne, même quand elle est gratuite, la durée moyenne d'utilisation des gommes à la nicotine, c'est 21 jours.
Le tabagisme passif, c'est un cheval de bataille qui hélas est en train de montrer son efficacité en désorganisant complètement la culture d'un pays, en  désorganisant des professions, et dont les effets en ce qui concerne la réduction du tabagisme, la réduction des dangers du tabagisme, à mon avis seront plutôt pervers.  Or ce sont les mêmes "anti-tabagiques", qui ont réussi à obtenir le blocage, l'interdiction de vente du snus, qui est l'arme absolue contre le tabagisme passif.  Parce que le snus, qui est cette espèce de tabac que les suédois se mettent dans la bouche, il ne fait pas de fumée!   Il ne produit pas d'oxyde de carbone. Il ne gêne pas le voisin.  Si quelqu'un dans un restaurant va se mettre un snus dans la bouche au moment où l'on m'apporte mon plat favori, je n'ai aucun grief à lui faire. 
La réponse, on pourrait bien la trouver dans le rapport "Lifting the smoke screen" lui-même.  Quand vous regardez l'introduction de ce rapport, qu'est ce que vous lisez?  Alors je vous donne une traduction un peu libre (le rapport est en anglais), vous lisez:

Dans les pays qui ont édicté et renforcé la législation, 75% (de la population) est en faveur de la loi.  Ceci montre que le public désire cette loi ..

Bah.  Si vous avez une grande  majorité de non-fumeurs, déjà, la majorité va se trouver très bien avec cette loi, et vous y ajoutez aussi des fumeurs qui disent, "des fois, ça pourrait peut-être m'aider à m'arrêter".  Donc ils le désirent…

..et que les politiciens ne doivent pas avoir peur de soutenir et de voter des lois contre la fumée.
Et en fait ils ne le sont pas, comme l'a révélé la réponse à la conférence pour une Europe sans fumée du 2 juin 2005. Tenue à Luxembourg sous les auspices de la Présidence Luxembourgeoise de l'Union Européenne, et préparée par les organisations chargées de ce rapport, sponsorisée par GlaxoSmithKline et Pfizer, la conférence a réuni au niveau européen pour la première fois des organismes de santé, des chercheurs renommés et des représentants des employeurs des secteurs publics et privés de l'Europe, des syndicats, des inspecteurs de santé au travail, la Commission Européenne et des politiciens pour débattre  de la politique d'élimination de la fumée.  Au total, 9 ministres de la santé et de l'emploi, plus l'ex-ministre de la santé italien parlèrent à cette occasion.)

Texte anglais original extrait du rapport : In countries which have enacted and enforced legislation, support for the law is over 75%.These figures show that the public wants this legislation and that politicians should not be afraid to sponsor and vote for smoke free laws.

And indeed they are not, as the response to the Smoke free Europe Conference on 2 June 2005 revealed4. Held in Luxembourg under the auspices of the Luxembourg Presidency of the EU, and organised by the commissioning organisations of this report with sponsorship from GlaxoSmithKline and Pfizer, the conference brought together at European level for the first time health organisations, leading researchers and representatives of Europe’s public and private sector employers, trades unions, occupational health inspectors, the European Commission and politicians to debate smoke free policy. In total, nine serving ministers of health and/or employment plus the ex-health minister of Italy spoke at the event

Eh bien, à qui profitent donc les choses? Est-ce que réellement la Commission Européenne, l'Europe, les ministres de la santé, ont besoin, pour s'acheter des sandwiches, du soutien de GlaxoSmithKline et Pfizer, qui sont les grandes multinationales pharmaceutiques qui fabriquent et vendent les médicaments pour s'arrêter de fumer? ,

Dr G Les patches, les…

Pr Molimard:  Bon. Ya pas photo!.....Et de ce côté-là, les défenseurs de ce qu'ils appellent les "substituts nicotiniques".  Ils disent :" Ah mais vous comprenez, il y a la "mauvaise" nicotine qui est dans les cigarettes, la "bonne "nicotine qui est dans les patches et les gommes."  Donc ils sont même arrivés à dire : "Diminuez votre risque, en continuant à fumer, mais, mâchez donc une gomme à la nicotine pendant ce temps là, vous allez moins inhaler, et vous allez bien entendu diminuer votre risque"

Dr G Cela dit, entre un patch et une cigarette, c'est quand même moins dangereux le patch, dans la mesure où l'on n'inhale pas de…

Pr Molimard:  A conditions que vous ne preniez que le patch, que vous ne continuiez pas à fumer dans le même temps.  Mais actuellement… Il faut voir ce qui s'est passé.  Au départ, ils vendaient, les gommes, les patches, avec ordonnance médicale.  Ils se sont rendu compte qu'ils n'en vendaient pas assez.  Les médecins n'étaient pas enthousiastes.  Alors ils se sont battus pour qu'en France ce soit vendu sans ordonnance.  Vous allez chez le pharmacien: "Je voudrais des patches, je voudrais des gommes".  Bon, voilà.  Vous n'avez pas besoin d'ordonnance.  Mais avec ces produits là, qui font au mieux 1;6 fois le résultat du placebo, avec ces produits là, ce qui les a poussés à passer "sans ordonnance", c'est qu'à partir du moment où vous avez un médicament du domaine public, vous pouvez faire de la publicité.  Donc vous avez vu de la publicité pour les gommes, pour les patches, sur les culs de bus, à la télévision etc.  Mais à partir du moment, théoriquement d'après le code de la sécurité sociale, de la santé publique, à partir du moment où vous faites de la publicité pour un médicament, il ne peut plus être remboursé.  Eh bien, ils sont arrivés à obtenir que la sécurité sociale  donne 50 euros par an et par fumeur, pour utiliser des médicaments pour lesquels ils peuvent continuer à faire de la publicité.  J'appelle ça un pillage organisé de la sécurité sociale

Dr G Gardes du corps ?…

Pr Molimard:  Alors ils se sont rendu compte qu'ils n'en vendaient pas assez, que ça prenait pas.  A ce moment là ils se sont dits mais, vous avez le pauvre insuffisant respiratoire, qui ne peut pas se passer de tabac.  Alors vous allez lui dire: "Vous allez réduire votre risque en prenant en même temps une gomme".  Ça, c'est criminel.  C'est criminel, parce que vous allez inciter quelqu'un à continuer à fumer.  C'est ça qu'il comprend, le patient.  "Je vais diminuer mon risque, parce que j'inhalerai un peu moins".  Le problème, c'est qu'ils oublient la leçon qui nous a été donnée avec la fameuse étude du Professeur Doll sur les 36.000 médecins britanniques suivis pendant 40 ans.  Qu'est-ce qu'il nous dit?  Il nous dit: "Ce qui est important, c'est la durée pendant laquelle vous fumez".  Et Catherine Hill a traduit ça, la formule qui nous avait été donnée par Doll pour le cancer du poumon d'une façon relativement simple.: Si vous multipliez par 2 la quantité que vous fumez tous les jours, vous multipliez par 2 votre risque de cancer. Si vous diminuez par 2 vous diminuez par 2 votre risque de cancer..  Mais si vous multipliez par 2 la durée pendant laquelle vous fumez, vous le multipliez par 2 à la puissance 4 et demi.  Et ça, les pneumologues ont retenu la fameuse formule du "paquet-année"  Et j'étais un jour sur un plateau de télévision où un célèbre cancérologue disait: "Eh bien c'est la même chose de fumer un paquet pendant 20 ans ou 2 paquets pendant 10 ans".  Non, Monsieur le Professeur, c'est pas du tout la même chose!  Parce que si vous fumez deux fois plus, vous multipliez par 2 votre risque, mais si vous fumez deux fois plus longtemps, vous le multipliez par 2 à la puissance 4 et demi, et 2 à la puissance 4 et demi, c'est 23!
Ce qui est grave, c'est la durée pendant laquelle on fume.  Et tout ce qu'on peut dire à un fumeur, c'est: "Fumez 4 Davidoff, 5 paquets de cigarettes par jour, mais arrêtez le plus vite possible!!".  Parce que c'est la durée qui compte, et si vous incitez, parce qu'il va prendre un petit, une petite gomme, ou un patch ou un inhaleur, qui va diminuer… il y a une étude avec les inhaleurs, qui va diminuer de 10,  de 15% l'inhalation, vous allez ddiminuer de 15% votre risque, à conditions que vous utilisiez l'inhaleur à VIE!  Mais si vous prolongez… alors là vous aurez la puissance 4 et demi qui va affecter la durée pendant laquelle vous fumez.  C'est criminel.  Je l'ai dit.  Ça a pas plu!

Chapitre 4

Pr Molimard:  Et actuellement, nous en arrivons en Europe à des interdictions généralisées, dont le but est uniquement du profit financier.   Et je pense qu'on arrive à passer au-delà des cultures, et à se faire imposer cette culture manichéenne américaine, mais au nom du profit.
On peut parfaitement imaginer qu'un restaurateur dise: "Chez moi, on ne fume pas, dans mon restaurant on ne fume pas, dans ma discothèque on ne fume pas", ou bien dire "on fume" , ou bien : "on ne fumera pas entre telle heure et telle heure".  Il peut y avoir des aménagements.  Mais là, il y a vraiment une intrusion fascisante.  Chacun le sait, on le voit bien, c'est la même chose avec le bruit.  C'est pareil.  On pourrait exiger le silence total, monastique, dans les salles de restaurant!  Il y a un manichéisme.  Dans l'état d'esprit américain, on le voit bien, c'est le Bien, et le Mal.  Le Mal, c'est le tabac, c'est la fumée, c'est l'alcool.  Ils ont une tendance prohibitionniste, et manifestement, c'est quelque chose qui vient, peu à peu, chez nous. avec bien entendu, tout l'aspect religieux, aux Etats-Unis, n'est-ce pas, avec les évangélistes, tout cet état d'esprit qui vient de llongtemps, puisque c'est encore la philosophie, la religion de Manès, c'est-à-dire le manichéisme.  C'était dans les années 300 ou 400,  cette espèce de vision que retrouvent les évangélistes, n'est-ce pas, avec le Bien et le Mal.  Il y a le Démon!  Faut vaincre le démon.  En général, on est plutôt dans des nuances de gris.  Et puis, par derrière, il y a évidemment le profit.  Parce qu'il est tout à fait clair que ce rapport, cette conférence qui s'est tenue a Luxembourg, qui va imposer à toute l'Europe, France y compris, ces visons-là, à mon avis par derrière il y a des intérêts financiers prodigieux.  Vous comprenez, c'est tout de même, à mon avis assez incroyable, qu'avec des produits, je pense à la nicotine, c'est vrai, je l'ai vu dans mon laboratoire, la nicotine crée une sorte de rassasiement par rapport à la consommation de tabac, et si vous prenez de la nicotine, si vous prenez des cigarettes fortes en nicotine, je l'ai vu, mesuré dans mon laboratoire, vous avez tendance à inhaler moins, et à fumer moins.  Mais à ce moment là, il ne fallait pas interdire la vente des cigarettes avec des rendements supérieurs à 1 mg!  Il fallait dire :"Faites donc des cigarettes qui contiennent le plus possible de nicotine, qui amènent le plus possible de nicotine et de moins en moins de goudrons, et surtout de moins en moins de nitrosamines."  A ce moment là, au lieu d'aller amener très profondément des bouffées dans les poumons, les gens, ils vont tirer de petites bouffées qu'ils n'inhaleront pas, ils auront très rapidement le blocage du fait de la quantité de nicotine…Ah oui mais, dit-on,  vous savez, on va interdire de vendre des cigarettes qui rendent plus de 1 mg de nicotine…Ça ne gênait pas l'industrie du tabac: quand la décision a été prise, il n'y avait pas en Europe une cigarette qui dépassait 0,80mg!  Ça les gênait pas!
L'industrie du tabac a fait des "cigarettes légères".  On s'est battu contre l'industrie du tabac en disant : "Votre cigarette légère, c'est du mensonge, parce que cette cigarette n'est légère que pour la machine à fumer, et un fumeur ne fume pas obligatoirement comme une machine à fumer.  Il va augmenter le volume des bouffées, le nombre de bouffées qu'il va tirer d'une même cigarette, il va fumer en ne laissant pratiquement plus de tabac dans son mégot, et il arrivera à tirer exactement ce qu'il veut, donc si vous mettez (sur le paquet), une cigarette, elle est à 0,1 mg de nicotine et 9 mg de goudrons, ça ne veut rien dire, vous êtes des menteurs et des faussaires."
Mais dans le même temps, alors qu'on vient de démontrer cela, qu'alors qu'on peut démontrer que le taux de goudrons en soi n'a aucun intérêt puisque sa concentration en cancérigènes peut varier considérablement, si bien que c'est quelquefois les cigarettes les plus faibles en rendement de goudrons qui seront les plus fortes en nitrosamines cancérigènes, eh bien, l'Union Européenne continue à exiger des réductions du taux de rendement en nicotine et en goudrons… Mais, ce faisant, en exigeant ça, elle donne une caution à l'idée que des cigarettes à faible rendement-machine en nicotine et en goudrons seraient moins dangereuses…

Dr G Les cigarettes light…

Pr Molimard:  Donc, elle cautionne les cigarettes light!  Dont on sait qu'elles sont aussi dangereuses que les autres.  Donc il y a manifestement une incompétence totale, au point de vue tabacologique, des gens qui prennent des décisions.  Incompétence d'un point de vue technique, puisque ils en arrivent à ce type de caution, et incompétence totale au point de vue de la psychologie des fumeurs, de la sociologie du tabac, qui leur fait prendre des mesures législatives qui finalement, en renforçant les réactions de défense, iront totalement à l'encontre des buts poursuivis dans le domaine de la santé publique.

Ce qui est important pour un fumeur, c'est l'environnement dans lequel ça a été marqué.   Ce qui est important, c'est l'environnement.  La cigarette, finalement, elle devient importante parce qu'elle fait partie de l'environnement.  Mais elle est parasite. Et c'est pas la nicotine qui est importante.  Et c'est pourquoi le fumeur, il n'aime pas les patches à la nicotine.  Il n'aime pas les gommes à la nicotine.  Par contre l'arôme d'un snus, ça ça fait partie de l'environnement.  Alors là, vous adhérez à l'arôme d'un snus, et, la nicotine, oui, elle est accessoire, mais ce qui est important, c'est qu'il y ait du tabac, c'est qu'il y ait des choses qui donnent l'élément sensoriel, qui vont être associées. 

En 2004, vous aviez une demande, qui avait été appuyée par Fagerström, vous savez le fameux test de dépendance, par Clive Bates, par Kozlowski, par Martin Jarvis, par des compétences réellement dans le domaine du tabac, qui disaient "Ça va réduire, si tous les fumeurs de cigarettes passaient au snus, au tabac à sucer, on réduirait de 98% les risques".  Eh bien, ces gens là avaient appuyé une demande de l'Allemagne et de la Grande Bretagne pour la levée de l'interdiction de vente du snus en Europe.  Pourquoi est-ce qu'il se vend en Suède?  Tout simplement parce que la Suède, quand elle a adhéré à l'Union Européenne, a obtenu une dérogation,  "Touche pas à mon snus", pour continuer à fabriquer et à vendre le snus  Eh bien, le 14 décembre 2004, la Cour de Justice Européenne a à nouveau confirmé l'interdiction de vente du snus en Europe.  On peut se poser des questions: pourquoi?  Il est tout à fait clair que les grandes compagnies comme BAT, Philip Morris, Imperial Tobacco etc.., ils n'avaient pas cru au snus.  Ils n'étaient pas prêts.  Et par conséquent, ils n'avaient pas du tout envie qu'une boîte comme Swedish Match vienne leur tailler des croupières en prenant le marché, par conséquent ils étaient contre.  Les fabricants de patches, de gomme etc., ils se disaient "ben quoi, les européens ils n'ont qu'à  mâcher des gommes à la nicotine", par conséquents ils étaient contre.  Les Etats, ils étaient contre tout simplement parce que, quand vous tirez 11 ou 13 milliards de bénéfices, de taxes sur le tabac, vous n'avez pas envie de changer quoi que ce soit, et vous n'avez en tous cas pas envie que les gens s'arrêtent de fumer pour quelque chose qui sera peut-être moins cher.  Et puis finalement, les activistes anti-tabac, ils n'avaient pas du tout envie… Résultat, le 14 décembre 2004, la Cour de Justice a confirmé l'interdiction. Mais vous allez voir, je sais maintenant que BAT et que Philip Morris ont un snus.  Est-ce qu'ils le font directement ou est-ce qu'ils ont un accord avec Swedish Match, je ne sais pas trop, mais vous allez voir qu'il va y avoir une nouvelle demande et là, je l'espère, une autorisation de vente du snus en Europe.

Le rapport européeen "Lifting the smoke screen est téléchargeable sur http://www.ersnet.org

VERSION ORIGINALE EN FRANCAIS PLUS BAS
TRANSCRIPTION DE LA VIDÉO Quand les multinationales font de la politique

Tel que gracieusement fourni par Pr. Robert Molimard